Le Journal du Vin


Au cœur du vignoble > Les cépages

Le carignan

Pendant des décennies, le carignan a été le cépage noir le plus cultivé en Franc ; il a même dépassé 200 000 hectares de plantation à la fin des années 60. Mais il est désormais en nette régression et ne subsiste en abondance que dans le Languedoc.
Le carignan est originaire de la petite ville de Carinena en Espagne. On le connait en France depuis le 12e siècle. C’est un cépage tardif et vigoureux, sensible à l’oïdium et au mildiou, qui donne des vins rouges riches en couleur, en tanins et en alcool. On le rencontre partout dans le Midi de la France, où il est cultivé pour des vins d’appellations, des vins de table et de pays, ainsi que pour des rosés. Il est le plus souvent en association avec d’autres cépages comme le cinsault, le grenache ou la syrah, avec lesquels il fait bon ménage.
Le carignan est également répandu dans tous les vignobles du pourtour méditerranéen, de l’Espagne jusqu’à l’Israël, ainsi que dans l’est de l’Europe, en Amérique du Sud, au Mexique et surtout en Californie. Mais ses qualités semblent moins appréciées que du temps où, dans les plaines de l’Aude, il fournissait de gros bataillons de vins de consommation courante, avec des rendements dépassant 150 hectolitres par hectare !
Aujourd’hui, sur les coteaux arides des Corbières, avec des rendements maîtrisés, une viticulture et une vinification mieux adaptées, le carignan peut donner des vins gourmands et épicés, dont la charpente tannique est recherchée pour certains assemblages de vins de crus. Dans la Drôme, le Roussillon, en Provence et en Corse, une nouvelle génération de vignerons apprécie ce cépage, certes fragile et fantasque, mais parfaitement typique du vignoble méridional.