Le Journal du Vin


De la cave à la table

Les grands formats,
« boosteurs » de cave

Magnum, jéroboam, impériale… quelles sont les contenances de ces formats spéciaux ? Quels avantages apportent-ils à l’amateur en termes de conservation, de dégustation ? Et quelle variété peut-on espérer trouver sur le marché ? La rédaction de CHATEAUNET fait le point.

Une farandole de noms chantants
Bien que certaines régions aient conservé leur forme de bouteille spécifique (Bourgogne, Champagne ou Alsace par exemple), la bouteille bordelaise (forme droite, épaule haute) est la plus répandue. A Bordeaux, les châteaux la déclinent souvent dans plusieurs formats, parfois dans tous pour les plus grands Crus Classés comme Mouton-Rothschild, Montrose, Léoville-Poyferré ou encore Giscours.
Les huit formats bordelais :
Demi-bouteille (37,5CL.)
Bouteille (75CL.)
Magnum (1,5L.)
Double-magnum (3L.)
Jéroboam (4,5L.)
Impériale (6L.)
Balthazar (12L.)
Nabuchodonosor (15L.)
Melchior (18L.)
La Champagne est l’autre grande région viticole des flacons XXL. La bouteille locale suit à peu près la même déclinaison que sa cousine bordelaise, avec quelques variantes de contenance et de nom : le jéroboam contient seulement 3L., tandis que le format de 4,5 L. s’appelle ici « rehoboam ». Le contenant de 6L. ne s’appelle pas « impériale » comme à Bordeaux mais « mathusalem ». Il existe un format spécifique de 9L. baptisé « salmanazar ». Enfin, le format de 18L. ne s’appelle pas « melchior » mais « salomon ».
Les grandes maisons champenoises et marques légendaires proposent ces flacons exceptionnels dans leur gamme, comme par exemple Dom Pérignon, Salon, Krug, Bollinger ou encore Veuve Clicquot.
En Bourgogne, en Rhône, en Provence… l’amateur peut également trouver quelques grands formats, essentiellement des magnums (1,5L.).

Des formats taillés pour la garde
Le choix de la demi-bouteille, peu protégée de l’oxydation, convient très bien pour une dégustation dès les toutes premières années du vin… à priori plutôt pour un tête à tête vu sa contenance. Seuls les grands Sauternes comme ceux d’Yquem savent bien résister au temps en 37,5CL. !
En revanche, les formats « magnum et plus » sont vivement recommandés dans une logique de vieillissement en cave. Car plus le contenant est grand, plus la différence est importante entre le volume total de vin et la surface de vin soumise à l’oxydation de l’air dans le goulot, donc plus la capacité de conservation du vin sera accrue. Ainsi, les grands formats permettent à l’amateur d’oser s’offrir des millésimes légendaires, comme 1982, 1990 ou 2000 à Bordeaux, ou bien de grandes années plus récentes comme 2009 ou 2010, même quand il sait qu’il ne les boira pas avant longtemps. Quel potentiel de valorisation fabuleux pour sa cave !

Régaler une grande tablée ou offrir un cadeau marquant
L’autre avantage du grand format c’est bien sûr de pouvoir être débouché en présence de nombreux invités, de façon plus conviviale qu’une série de bouteilles. Cette notion de partage contribue forcément à l’ambiance du moment… Sans parler de l’effet « bluffant » que produit toujours un magnum ou un double-magnum sur une table ! Pourquoi ne pas tenter l’expérience lors d’un prochain diner de fêtes avec un grand Saint-Julien comme Croix de Beaucaillou en double-magnum par exemple ?
Mais c’est encore lorsqu’il est offert en cadeau que le grand format est le plus époustouflant. Au-delà de la réaction de surprise, il opère ce fameux phénomène de « valorisation » sur le destinataire, qui se trouve doublement flatté devant la proportion du cadeau.

Quelle variété disponible sur le marché ?
C’est l’inconvénient du grand format : il est nettement plus rare dans le commerce que la bouteille, et d’autant plus lorsqu’on gravit la hiérarchie des tailles. Seuls certains cavistes et de rares sites marchands sont capables de proposer un choix intéressant de magnums, jéroboams, impériales etc. C’est le cas de CHATEAUNET, sur son site et dans ses magasins, avec plus de 250 grands vins en contenants spéciaux, achetés directement aux propriétés, en Champagne, Rhône, Bourgogne… et bien sûr à Bordeaux. D’ailleurs, pour l’achat des grands Bordeaux en formats spéciaux, c’est sur le marché des primeurs que l’amateur trouvera le meilleur choix de contenants, à définir lui-même « sur mesure » au moment de la réservation.
>> En savoir plus sur notre site www.chateauprimeur.com