Le Journal du Vin


Au cœur du vignoble > Les appellations

Côtes de Provence

L’AOC Côtes de Provence s’étend sur une grande partie de la Provence, jusqu’au littoral, sur plus de 20 000 hectares. Les sols sont extrêmement variés : au sud le massif cristallin des Maures avec des terres schisteuses, plutôt sablo-alluviales dans les vallées avec toujours la présence de cailloux. Sur le plateau triasique, les sols sont calcaires, marno-calcaires ou marneux selon les zones. Il en est de même dans le bassin du Beausset et la région de Bandol, mais avec en plus des affleurements de calcaire ou de grès. Enfin au nord, le bassin de l’Arc est plus calcaire avec des sédiments alluviaux.
Le climat sec méditerranéen, avec une longue saison d’été et une courte saison d’hiver jamais rigoureuse, est favorable à la culture de la vigne. Le climat est soumis à l’influence de la mer près de la côte et du Mistral.
La région privilégie le rosé (80% de la production), mais produit également des rouges (15%) et des blancs. Les rouges et les rosés sont élaborés principalement à partir du grenache noir, du mourvèdre, du cinsault, du tibouren et de la syrah. Les blancs sont issus de la clairette, du vermentino, de l’ugni blanc et éventuellement du sémillon.
Les rosés des Côtes de Provence, toujours très fruités, offrent aussi des parfums typiques d’aneth, de thym, de romarin ou de menthe. Les vins rouges exhalent des notes fruitées, des touches de laurier et de tabac, de réglisse et de cannelle. Les blancs développent surtout des nuances d’agrumes.