Clément

En 1887, le docteur Homère Clément achète l'habitation Acajou en faillite, à la barre du tribunal. Il s'installe dans la maison principale avec sa famille et devient planteur de cannes à sucre qu'il livre à l'usine centrale du François pendant trente ans. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate en 1914, les besoins en alcool deviennent très importants pour approvisionner l'industrie de guerre et les soldats au combat. Les traditionnelles régions de production d'alcool, en partie sous le front, ne peuvent satisfaire la demande. Le rhum des colonies est réquisitionné et les distillateurs sont encouragés à augmenter leur production.

En 1917, Homère Clément donc construit sa distillerie sur les ruines de l'ancienne sucrerie pour satisfaire ce besoin. L'habitation Acajou retrouve ainsi une activité de transformation de la canne abandonnée depuis près de cinquante ans. A la mort d'Homère Clément en 1923, son fils Charles Clément prend la direction de l'Acajou. Pour ce jeune ingénieur, c'est l'occasion de se familiariser avec l'industrie sucrière dans laquelle son père s'est engagé à la Martinique. Jusqu'à sa mort en 1973, il se consacre au développement de la distillerie, faisant de Clément une grande marque de rhum.

Après la Seconde Guerre mondiale, Charles Clément associe plus directement son nom à son rhum. C'est le début d'une distribution à plus grande échelle du rhum Clément qui dépasse rapidement les limites de la Martinique. La distillerie de l'Acajou et la marque Clément sont rachetées en 1986 par Yves et Bernard Hayot, deux entrepreneurs originaires du François. Alors que plusieurs distilleries martiniquaises ferment leurs portes ou se regroupent pour renforcer leurs positions, les Rhums Clément trouvent avec le Groupe Bernard Hayot (GBH), une grande entreprise martiniquaise qui leur permet de se développer sur le plan commercial.

Le 14 mars 1991, l'habitation Clément est choisie pour accueillir les présidents François Mitterrand et George Bush lors d'un sommet franco-américain faisant suite à la guerre du Golfe. Charles Clément crée au début des années 1930, avec d'autres distillateurs, un syndicat pour défendre l'authenticité et la qualité du rhum de la Martinique. Les revendications de cet organisme préfigurent celles qui mèneront à l'obtention de l'appellation d'origine contrôlée (AOC) en 1996. Seule habitation créole à être entièrement ouverte au public, l'habitation Clément est classée monument historique depuis cette même année.