Champagne

Le vignoble de Champagne, le plus septentrional de France, couvre environ 34 000 hectares, il produit essentiellement du vin effervescent - en AOC Champagne - et à la marge des vins tranquilles en AOC Coteaux Champenois, AOC Rosé des Riceys ou AOC Coteaux de Coiffy.

 

Noblesse du pinot noir, quintessence du chardonnay

Le terroir champenois, c’est-à-dire au sens strict l’AOC Champagne (reconnue en 1927), est partagé en quatre secteurs : la Montagne de Reims, la Côte des Blancs, la Vallée de la Marne et la Côte des Bar. Le sous-sol à majorité calcaire favorise une bonne irrigation. La Montagne de Reims, exposée au sud sur des coteaux de craie, est surtout plantée de pinot noir. La Côte des Blancs, avec des sols de craie en surface, est le royaume du chardonnay. Le Blanc de blancs est un champagne exclusivement issu de chardonnay. La Vallée de la Marne, avec des sols argilo-calcaires et marneux, est dominée par le pinot meunier. Enfin, l’encépagement de la Côte des Bar, dans l’Aube, avec des sols plutôt marneux, est composé majoritairement de pinot noir. Les trois premiers secteurs se situent autour de Reims et d’Épernay (où se trouvent les principales maisons), la dernière à l’est de Troyes.
Le vignoble de Champagne est une mosaïque de crus - des micro-terroirs, chacun exposé à un microclimat particulier, avec un sous-sol spécifique. Soit 320 crus, dont 17 Grands Crus et 42 Premiers Crus.

 

Merci dom Pérignon !

La longue histoire du vignoble de Champagne a débuté avec les abbayes du Bas Moyen-Âge, qui ont agrandi les quelques coteaux plantés par les patriciens gallo-romains, tandis que sa géographie s’est précisée plus tard avec la grande charte champenoise de Guillaume de Champeaux en 1114. C’est à l’abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers que dom Pérignon (1639-1715) a inventé la méthode de champagnisation - dite « méthode champenoise » - au 17e siècle. Jusqu’alors, l’assemblage avait toujours été pratiqué par les moines, pressurant ensemble différents cépages de diverses parcelles. Dom Pérignon a mis au point un assemblage plus équilibré, afin de donner au vin de Champagne plus d’harmonie et une qualité suivie d’une année sur l’autre. Il a aussi découvert providentiellement la fermentation en bouteille des vins de Champagne. La méthode champenoise consiste donc à vinifier un vin tranquille, puis la fermentation génératrice de gaz carbonique est réalisée en cuve ou en fût. Après un temps d’élevage plus ou moins long, le vin tranquille obtenu est mis en bouteille. Chacune reçoit une quantité de ce premier vin avec une dose de sucre et une dose de levures (obtenues avec la liqueur de tirage). Cette seconde fermentation en bouteille, appelée prise de mousse, produit du gaz carbonique retenu par une capsule métallique. Il est à l’origine de l’effervescence du vin à l’ouverture de la bouteille. Après le dégorgement et le dosage, la bouteille est bouchée avec un bouchon de liège tenu par un muselet.
Le vieillissement du vin est généralement d’une année pour les non millésimés, et jusqu’à trois ans et plus pour les cuvées millésimées.

Champagnes Bruts, Extra-Brut, Rosés…
Suivant le dosage en sucre - du moins dosé au plus dosé - le champagne peut être Brut Nature (ou Zéro Dosage), Extra-Brut, Brut, Extra-Sec, Sec, Demi-Sec. Le Brut représente plus de 80% de la production.
Le champagne Rosé (5% de la production) est le seul vin rosé français issu d’un assemblage de vin rouge et de vin blanc. Les grandes maisons peuvent également produire des cuvées de prestige (5% de la production) qui mettent en valeur un millésime.